« L’amitié et la mer, j’ai bu la mer »

Ah la mer, la mer et ses trésors de bienfaits, il n’y a pas que la Chicorée, une boisson qui se prend de préférence le matin et au petit déjeuner, une boisson qui a connu une réputation internationale grâce ou à cause de la télévision il y a quelques dizaines d’années de cela par la publicité.

C’était donc hier, jeudi, une invitation à déjeuner chez une amie. Avant le dessert si mes souvenirs sont exacts, à la fin du repas T. me dit,
–   « Veux-tu des huîtres ? »
Et impossible de répondre par la forme négative et d’un élan c’est un « oui » qui fuse.

Deux, peut-être trois minutes après et au grand maximum, elle remonte de sa cave et m’apporte sur une assiette un couteau à huîtres avec deux énormes huîtres, certainement du numéro « 0 » ou « 1 ».

Le sourire aux lèvres, j’ouvre et déguste avec délice ces deux huîtres.
Puis la journée se poursuit, travail, courrier, Poste, banque, et c’est alors qu’une autre amie m’appelle pour me demander si je n’ai pas besoin de faire quelques courses et comme elle doit faire « un plein », me propose gentiment de partager le trajet avec sa voiture.

En rendez-vous, ou venant tout juste de terminer un dossier important dans une banque, je finis par répondre « oui pourquoi pas, je peux t’accompagner, je n’ai besoin de rien » et j’entends,
–   « Je te laisserais devant chez toi ».

Une fois dans sa voiture nous sommes pris dans une discussion et sans le temps de le dire, nous nous retrouvons devant la supérette. Pas de courses particulières à faire, enfin cela arrive, je reste dans la voiture. Puis direction un autre, un magasin un peu plus grand qui réunit quant à lui, un boucher, un charcutier, un poissonnier même. Là encore, je reste dans la voiture. Le temps n’existe pas et même si elle me dit en arrivant « Désolée, j’ai été plus longue que prévu », c’est très délicat de sa part mais je ne m’en suis même pas aperçue.

Son gros sac de provisions déposé dans le coffre, elle rentre dans la voiture et me tend un sac tout en me disant,
–   « Cela va te faire le plus grand bien et te remonter un peu. Je sais que tu aimes les huîtres et voici quelques huîtres ».

Et que dire ? Que dire si ce n’est un « Merci », de ces mercis qui jaillissent du cœur.

Et dans la soirée, ce devait être vers les 23 heures, seule, donc sans horaires particuliers, ce devait être vers les 23 heures passés, j’ai sorti les huîtres du sac, je suis allée chercher un couteau à huîtres, deuxième fois de la journée que j’utilisais cet outil bien pratique, et après avoir pris un torchon et une huître dans la main gauche j’ai ouvert et ouvert.
Puis je me suis assise, et le temps de déguster c’était « Merci, je suis vraiment gâtée ».

Et j’ai mangé la mer, j’ai bu la mer. J’ai bu l’eau qui restait comme assoiffée de cette eau salée, cette eau de l’océan qui n’en finit pas, de cette eau quand vous la regardez qui vous emmène au loin, au loin et de celle qui a permis à de nombreux bateaux de faire, à de nombreux aventuriers de découvrir et de parcourir le monde.

Partir, voyager, s’en aller, découvrir le monde, rien de tel pour former la jeunesse !

C’était la mer et je l’ai bue.
Merci pour cette amitié, pour ces délicatesses.

L’amitié n’a pas de prix.

20160823_125013

La plage haute-ville sur Mer

les-huitres-de-mariane-du-03-03-17

Quelques huîtres, trésors de bienfait

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s