« Le prunier, mon arbre »

Depuis quelques jours la nature se réveille.

Des plantes, de jeunes pousses sortent de terre et pour notre plus grand bonheur viennent égayer chaque jardin, qu’il soit petit ou grand, de nombreuses jardinières ont pris place sur un balcon, une terrasse, ou un rebord de fenêtre.

 

170312 Narcisse

Première jonquille

Les températures se radoucissent, les jours deviennent plus longs, la terre se réchauffe et la végétation se réveille, tous viennent nous annoncer la fin de l’hiver et le début du printemps.

 

170312 Plantes grasse de chez Mariane

La plante grasse se réveille

Ah le printemps, quelle charmante saison avec ses verts tendres, ses roses, ses jaunes, ses bleus, ses blancs et autres teintes plus ou moins acidulées, plus ou moins pâles ou vives.

 

170312 Pensée mauves avec goutelettes d'eau

Les pensées et la rosée du matin

Les arbres commencent à se métamorphoser, leur sève se réveille et vient irriguer chaque branche, toutes les nouvelles brindilles qui apparaissent et laissent entrevoir des bourgeons qui donneront des feuilles ou des fleurs dans un premier temps, et à chaque fois ce sera la surprise.

 

170312 L'amandier de Mariane en fleurs

L’amandier en fleurs

En face de chez moi, il y avait un prunier et j’aimais à le voir s’épanouir.
Aujourd’hui, il n’est plus ou si peu, un bûcheron est venu un beau jour de janvier. Je l’ai vu arriver avec un grand escabeau et une tronçonneuse.

 

170312 prunier coupé

Pauvre prunier coupé

Il a installé son escabeau près de l’arbre, puis est monté dessus, puis après avoir pris un peu de hauteur, tout à coup il s’est arrêté. Il tenait toujours dans la main droite sa tronçonneuse et c’est alors que des deux mains, c’est alors qu’il a soulevé l’appareil. Puis tout à coup nous avons entendu un vrombissement, il commençait la coupe, comme on dit dans un jargon forestier.
Puis une, deux branches sont tombées, puis de nombreuses autres.

Elles ont commencé à joncher le sol.

 

170312 branches coupées

Branches de prunier, branches de sapin, toutes à la même enseigne

Puis il a arrêté le moteur, est descendu de l’escabeau, a changé de place et ainsi plusieurs fois de suite, à chaque fois il répétait les mêmes gestes.

J’ai parlé avec lui, nous nous sommes entretenus comme les deux adultes que nous sommes, mais non, l’homme obstiné, il n’a rien voulu entendre.
Propriétaires d’un appartement voisin du nôtre, il a prétexté que certaines branches se mêlaient aux fils électriques, il n’a pas voulu entendre qu’un rafraichissement des branches suffirait. Il a refusé d’entendre, de recevoir mon avis.
J’ai osé espérer qu’il ferait à l’arbre une belle taille, mais rien ; il ne voulait pas comprendre, avoir un avis différent de celui qu’il avait en tête..
Avec sa tronçonneuse il était maître et seigneur, je n’avais qu’à me plier, qu’à me soumettre.

Au fur et à mesure les branches de l’arbre disparaissaient, quittaient le ciel pour aller joncher le sol, pour se rapprocher du sous – sol, comme si elles quittaient le paradis pour l’enfer si on pense que Dieu habite le ciel et que le diable habite dans le sous-sol de la terre, en enfer.

Et mon bel arbre, celui que je voyais fleurir depuis 15 ans s’en est allé, de sous mes yeux, il a disparu.

 

20170312 Fleurs de prunier sur le tronc

Des fleurs sur le tronc, surprise, surprise

J’ai voulu redire quelque chose, mais mes mots n’ont eu aucun effet. L’homme avait décidé de c’était ainsi. Il était venu couper les branches et il a coupé les branches.

Aujourd’hui l’arbre doit mesurer à peine deux mètres et il ne reste que son tronc et deux, voire trois branches principales et plus rien.

Les brindilles qui s’épanouissaient à chaque printemps, celles qui donnaient naissance ne sont plus, ou si, elles ont été ramassées, ont été regroupées, puis mélangées avec d’autres branches, des branches de d’autres arbres, et toutes ensemble elles forment un tas et il attend ce tas, mais quoi ?

Celui que j’appelais mon prunier est en convalescence, il a été amputé et il reste à attendre des années avant que de nouvelles branches, de nouvelles brindilles voient le jour.

Serais-je encore dans cet appartement ?
Là est une autre question !

Le prunier vu par les peintres et les écrivains

 

170312 Tableau de prunier de Jules-Henri Legrand (1907 - 2001)

Le Prunier en fleur (1925) 

Jules-Henri Legrand (1907 – 2001)

 

 « C’est en mourant que l’amour et la fleur de prunier répandent leur plus douce odeur. »

Monsieur du Paur, homme public (1898) – de Paul-Jean Toulet – écrivain français (1867-1920)

 

« Madame de la Sablière appelait La Fontaine un sablier, qui portait naturellement des fables, comme un prunier des prunes. »

François-Marie Arouet, dit Voltaire (1694 – 1778 – Dictionnaire philosophique portatif (1764)

Fleur de prunier

(Haïku)

Que n’ai-je un pinceau

Qui puisse peindre du prunier

Avec leur parfum.

Satomura Shôha (1524 – 1602) – Poète japonais

170312 Tableau le prunier en fleurs de Vincent van Gogh 1853 - 1890

Le prunier en fleur (1887)

Vincent van Gogh (1853 – 1890) – Musée van Gogh à Amsterdam

Le prunier

Dans la cour, il y a un prunier
Il est si petit, qui le croirait
d’une grille entouré,
Ainsi il est protégé
Ce petit aimerait bien grandir
Oui… grandir, c’est son souhait
Mais il n’en est pas question :
le soleil ne le chauffe pas de ses rayons

Un prunier, qui le croirait,
il n’a jamais porté une seule prune
Et pourtant c’est un prunier :
C’est à ses feuilles qu’on le reconnaît.

Bertolt Brecht – Romancier et poète allemand (1898 – 1956)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s