« Cauchemar »

(Citation d’Albert Einstein, extraite des Pensées Intimes – Lettre à la Reine Elisabeth de Belgique – 28 mars 1854)

 

170405 Le Cauchemar 330px-Thomas_Burke_The_Nightmare_engraving

« Cauchemar » 1790-1791

Gravure de Thomas Burke – Graveur Irlandais (1749-1815)

 

Dur, dur, de  bon matin.
De bon matin, vite dit, facile à dire quand on a fait un cauchemar, un cauchemar qui semble avoir duré un temps, un temps infini.

Nous étions sur le rebord d’une route, notre voiture stationnée sur le côté gauche de la voie, c’est à dire que pour passer les véhicules qui venaient en face, se devaient de faire un écart  sur la gauche et c’est ce qu’un camion fit …

Bon, j’arrête.

Cauchemar, oui, cela vous dit quelque chose ?
Cela se passe durant le sommeil,  vous dormez calmement  jusqu’au moment où vous voyez, vivez un accident, une maladie, … des scènes tristes, dramatiques, la mort…

Les cauchemars mettraient en scènes  nos craintes, notre mal être.
Il serait même, le messager de notre inconscient.

En attendant, pas agréable du tout et je me retrouve dans un état,…  avec un sentiment de culpabilité,… une boule au ventre…

Le cauchemar apporterait quelque chose, c’est aussi ce qu’on raconte.

En attendant, l’esprit encore sous le choc, dès que j’en aurai le temps  je vais tenter de décrypter ce qui est venu si fortement me perturber et qui continue de le faire.

Ah la sensibilité ou sensiblerie !!!

Et c’est Pacha qui est venu me retrouver,

 

170405 Cauchemar - Pacha le chat

« Pacha le chat »

et cette charmante voisine qui me dit « Venez vite Marie-Eudoxe, le pommier est en fleurs, venez, cela ne va pas durer. »

 

170405 Pommier en fleur le 05-04-17 2

« Fleurs de pommier »

Et il y a tout ce qui nous entoure, les galeries dans le métro. Je me suis approchée de l’endroit où le métro s’enfonce et j’ai vu comme un carrefour… et j’ai trouvé cela beau.
La photographie prise ne rend pas comme j’aurais aimé.
Une affaire à suivre.

170504 Cauchemar - Métro le 04-04-17

« Le métro parisien, un carrefour, deux galeries »

« Cauchemar »

J’ai vu passer dans mon rêve

Tel l’ouragan sur la grève, –

D’une main tenant un glaive

Et de l’autre un sablier,

Ce cavalier

Des ballades d’Allemagne

Qu’à travers ville et campagne,

Et du fleuve à la montagne,

Et des forêts au vallon,

Un étalon

Rouge-flamme et noir d’ébène,

Sans bride, ni mors, ni rêne,

Ni hop ! ni cravache, entraîne

Parmi des râlements sourds

Toujours ! toujours !

Un grand feutre à longue plume

Ombrait son œil qui s’allume

Et s’éteint. Tel, dans la brume,

Éclate et meurt l’éclair bleu

D’une arme à feu.

Comme l’aire d’une orfraie

Qu’un subit orage effraie,

Par l’air que la neige raie,

Son manteau se soulevant

Claquait au vent,

Et montrait d’un air de gloire

Un torse d’ombre et d’ivoire

Tandis que dans la nuit noire

Luisaient en des cris stridents

Trente-deux dents.

Paul Verlaine – Poète (1844-1896)

 

170405 Le Cauchemar - John_Henry_Fuseli_-_The_Nightmare

« Cauchemar » 1790-91 – Detroit Institute à arts

Johann Heinrich Füssli – Peintre, écrivain (1741-1825)

« L’humanité est comme un homme qui dort et fait un cauchemar. Ce cauchemar s’appelle l’histoire.»

Julien Green – Ecrivain français (1900-1998) – Extrait de Journal

 « Il n’y a de long ouvrage que celui qu’on n’ose pas commencer. Il devient cauchemar.»

Charles Baudelaire – Poète français (1821-1867) – Extrait de journaux intimes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s