« Samedi Saint – Sabbatum Sanctum »

« La Piéta » – 1498 – Basilique Saint Pierre – Rome – Italie

Michel Ange – Sculpteur, peintre (1475-15674)

 

Hier journée très importante pour les catholiques. Journée de jeûne et d’abstinence.

Aujourd’hui Samedi Saint, nous sommes toujours dans le Triduum Pascal.

C’est le troisième jour.

Notre Seigneur repose désormais au tombeau, il est mort sur la croix.
Jour de recueillement et d’attente de la résurrection de Notre Sauveur. Jour de calme. Jour de prière.

Les catholiques continuent de méditer sur les souffrances et la mort de Jésus.

Des millions de catholiques ont suivi, écouté, prié, participé à un chemin de croix dans le monde entier.

Méditations et prières sur les 14 stations.

Puis l’office.

Nous avons écoutés les lectures et avant la communion, embrassé le bois de la croix. Tout un symbole.

Il est mort et repose au tombeau.
Elles étaient là les femmes dont le Vierge Marie, il était là l’apôtre bien aimé de Dieu, celui qui s’appelle Jean.

170416 Le tombe est vide, les femmes découvrent

Depuis hier, le tabernacle est grand ouvert, avec le Samedi Saint, Ce sont les seuls jours de l’année.
Il est ouvert ce tabernacle parce que le Christ n’est plus dedans, il est mort.

170415 Samedi Saint - Tabernacle ouvert

Tabernacle ouvert

Le Christ est mort.

170415 Vincent_Willem_van_Gogh_083 - Piéta.jpg

« Piéta » – Vincent Van Gogh – Peintre ( 1853-1890)

Dans certaines églises et c’est dommage que cette tradition ne perdure pas pour l’ensemble des églises, dans certains foyers, les statuts, les crucifix sont recouverts d’un tissus noir ou mauve en signe de deuil.

Les statues, les crucifix recouverts en signe de deuil

Nous sommes orphelins. Notre Père des cieux est mort.

Ce soir, les vigiles pascales.
Nous entendrons les textes suivants

1ère lecture : Dieu vit tout ce qu’il avait fait : cela était très bon (Gn 1, 1 – 2, 2 – brève : Gn 1, 1.26-31a)

Psaume 103 : versets 1-2a.5-6, 10.12, 13-14ab, 24.35c
R/Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre !

2e lecture : Sacrifice et délivrance d’Isaac, le fils bien-aimé (Gn 22, 1-13.15-18)

Psaume 15 : versets 5.8, 9-10, 1b.11
R/Garde-moi, mon Dieu : j’ai fait de toi mon refuge.

3e lecture : Les fils d’Israël avaient marché à pied sec au milieu de la mer (Ex 14, 15-31 ; 15, 1a)

Cantique : Ex 15, 2-3, 4-5, 6.10a.11, 17
Chantons pour le Seigneur ! éclatante est sa gloire !

4e lecture : Dans sa miséricorde éternelle, le Seigneur, ton rédempteur a pitié de toi (Is 54, 5-14)

Psaume 29 : versets 3-4, 5-6ab, 6cd.12, 13
R/ Je t’exalte, Seigneur : tu m’as relevé.

5e lecture : Venez à moi, et vous vivrez ; je m’engagerai envers vous par une alliance éternelle (Is 55, 1-11)

Cantique : Is 12, 2, 4bcde, 5bc-6ac
R/Exultant de joie, vous puiserez les eaux aux sources du salut !

6e lecture : Marche vers la splendeur du Seigneur  (Ba 3, 9-15.32-38; 4, 1-4)

Psaume 18 : versets 8, 9, 10, 11
R/Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle.

7e lecture : Je répandrai sur vous une eau pure et je vous donnerai un cœur nouveau (Ez 36, 1-17a.18-28)

Psaume 50 : versets 12-13, 14-15, 18-19
R/Comme un cerf altéré cherche l’eau vive, ainsi mon âme te cherche, toi, mon Dieu.

Épître : Ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus (Rm 6, 3b-11)

Psaume 117 : versets 1.4, 16-17, 22-23
R/Alléluia, alléluia, alléluia !

Évangile : Pourquoi chercher le Vivant parmi les morts ? (Luc 24, 1-12)

« Le premier jour de la semaine, de grand matin, les femmes se rendirent au sépulcre, portant les aromates qu’elles avaient préparés. Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau. Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. Elles ne savaient que penser, lorsque deux hommes se présentèrent à elles, avec un vêtement éblouissant. Saisies de crainte, elles baissaient le visage vers le sol. Ils leur dirent: «Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts? Il n’est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée: « Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite.» Alors elles se rappelèrent ses paroles.
Revenues du tombeau elles rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres. C’étaient Marie Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques; les autres femmes qui les accompagnaient disaient la même chose aux Apôtres. Mais ces propos leur semblèrent délirants, et ils ne les croyaient pas.
Pierre cependant courut au tombeau; mais en se penchant, il ne vit que le linceul. Il s’en retourna chez lui, tout étonné de ce qui était arrivé. »

170415 Samedi Saint - Le Saint Suaire

« Le Saint Suaire »

 

17903578_728399953988186_3957029759782176682_n

Louise de Vigan – de Mathan (1885-1975)

In Memoriam, le 15 avril 1975, Louise de Vigan, épouse de Raoul de Mathan, ma grand-mère maternelle, s’en allait. Nous n’avions plus de grands parents ici-bas. C’était il y a 42 ans, elle était née le 28 décembre 1885, elle avait 89 ans passés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s