« Paris, Londres… »

« Pray for London », peut-on lire sur les réseaux sociaux !

 

Le sujet reste le dernier attentat qui vient d’avoir lieu à Londres et revendiqué par Daesh.

Nos esprits, enfin l’esprit de beaucoup d’entre nous n’est pas indemne après ces actualités dramatiques, car il n’y a pas d’autres mots à employer.

Hier, dimanche de Pentecôte, nous étions en promenade à Paris, dans les jardins du Carrousel et des Tuileries, non loin du Louvre.

Nous avons marché et avons sorti non pas d’un beau panier en osier et à mon grand regret, mais d’un joli sac un pique-nique.

 

170605 Jardins du Caroussel et des Tuileries le 05 06 2017

« Le jardin du Carrousel et des Tuileries »

Il y avait du monde et pourtant nous étions seuls entre deux haies épanouies de buis ou d’autres arbustes, nous étions seuls comme dans un havre de paix, à nous partager sandwichs maison et autres fruits délicatement épluchés ou non, lavés, coupés…

Un peu au dernier moment, nous avons donc décidé de nous promener dans les rues de Paris, de visiter une exposition au Louvre, de sortir avec nos « jeunes » présents, le troisième parti sur les routes pour le pèlerinage de Chartres, de les retirer tout au moins durant quelques heures des écrans et autres appareils électroniques…

Le monde était tel, que nous n’avons pas eu la patience de visiter une exposition, n’ayant pas réservé sur internet préalablement, après avoir fait le tour des galeries et admiré de jolies vitrines, nous avons décidé de nous promener et de profiter de ce Paris que nous traversons régulièrement et au pas de course sans trop voir les beautés de l’architecture, … sans voir aussi que la végétation s’épanouit chaque jour et que le tilleul est déjà en fleurs.

 

 

170605 Le tilleul en fleurs

« Le tilleul en fleurs »

Après le Louvre, nous avons voulu aller à l’Orangerie. Je n’ose dire et d’écrire la longueur de la queue.

Alors nous avons donc déambulé, marché, visité le quartier latin, emprunté des petites ruelles sans le moindre « chat », une visite de Paris qui changeait du quotidien et qui vidait l’esprit.

Nous avons terminé notre marche à Saint Germain des Près, à la hauteur des Deux Magot, et du Café de Flore.

Les terrasses de l’un et de l’autre étaient bondées et je ne sais si nous aurions pu trouver 4 places, si nous en avions eu le désir.

C’était Paris, et à certains moments, j’avais ce reflex de dire aux « enfants »,

  • Ecartez-vous, du bord du trottoir, on ne sait jamais ! »

Le monde est-il devenu fou ?

Paris, Londres, des capitales qui renferment des joyaux, qui sont des merveilles sorties de la main de l’homme !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s