« Élections législatives 2017 »

C’était ce matin à la première heure, il devait être aux alentours de 8 heures 15, les rues étaient vides, la ville était calme, semblait morte. Pas un chat, ou pas une chatte, enfin, pas un bipède, pas un quadrupède dans les rues.

Sans mon bâton de pèlerin je suis partie, avec une pièce d’identité, avec ma carte d’électeur et quelques pièces car j’avais prévu de m’arrêter à la boulangerie située au coin de la rue.

Quand je suis arrivée au lieu-dit, ou plus exactement au bureau de vote, à l’extérieur de l’école où les bureaux étaient installés, j’ai été accueilli par des militaires vêtus d’un treillis et d’un pistolet mitrailleur ou autre engin de guerre de la même espèce. 

Puis, arrivée dans la cour de l’école, le parking était pratiquement vide, en revanche, une voiture de police et deux groupes de 3 policiers, armés, eux aussi et jusqu’aux dents.

J’ai regardé, j’ai observé, ils marchaient, piétinaient, regardaient comme des bêtes à l’affut de quelque bétail à traquer. Puis, en qualité de femme faisant son devoir civique, je suis entrée dans le bureau de vote N° 7.

Surprise, 5 personnes au totale, c’est à dire 2 personnes à l’accueil pour vérifier l’identité de chaque électeur et 3 au devant et près de l’urne.

170618 lEGISLATIVES 2017

A Maisons-Laffitte, choix très limité cette fois puisque, deux candidats, le député sortant Jacques Myard et une candidate de la majorité présidentielle, les autres candidats n’ayant pu se maintenir ?

J’ai pris mes deux bulletins comme il se doit, je suis passée par la case de l’isoloir ; après ne me demandez pas pour qui j’ai voté, trois possibilités si on oubli les gribouillages sur un bulletin de vote ce qui va rendre mon vote nul, à savoir,

  • Député Sortant, Jacques Myard,
  • la dite candidate de la majorité présidentielle, Yaël Braun-Pivet,
  • ne rien mettre dans l’enveloppe ou un bulletin de chaque.

Ma carte tamponnée, je suis allée dans le bureau situé à côté, au N°8, pas plus de monde.

Il reste à attendre les résultats. En région parisienne, dans certaines grandes villes, les bureaux de vote ferment à 20 heures. Alors…

Élections législatives, mais qu’est-ce donc ?

C’est l’élection qui va élire les représentants du peuple qui vont siéger à la chambre basse du Parlement, c’est à dire de nos jours à l’Assemblée nationale. On l’es appelle aussi, les députés.

Aujourd’hui et depuis la loi constitutionnelle no 2008-724 du 23 juillet 2008 de modernisation des institutions de la Ve République, ils sont au nombre de 577. Ils sont élus au suffrage universel direct, c’est à dire par tous les citoyens inscrits, et scrutin uninominal majoritaire à deux tours (vote simple sans pondération  contrairement aux sénateurs qui eux, ne sont élus que par les dits « grands électeurs »).

L’autre mode de scrutin est la proportionnelle, ce mode de scrutin n’a eu lieu qu’une seule fois, sous la Vème République, en 1986. A la suite de cette élection, la France a connu une cohabitation, un Président socialiste, François Mitterrand, un premier ministre RPR, Jacques Chirac.

Cette élection à la proportionnelle va permettre à 32 membres du Front National de devenir députés au Palais Bourbon et 3 qui y seront apparentés. Cela ne va pas durer. Deux ans après, 1988, les élections présidentielles. François Mitterrand est réélu mais il n’a pas la majorité à l’assemblée, les socialistes et les communistes n’arrivent pas à se mettre d’accord sur un certain nombre de points importants. François Mitterrand,  va dissoudre l’assemblée. Changement de mode de scrutin, suppression du scrutin proportionnel et retour au scrutin uninominal majoritaire.

Pour mémoire, ces représentants du peuple élus dans une zone géographique bien déterminée, sont les représentants de la nation toute entière et cela peut poser quelques questions !

Tout ceci est encore un autre débat.

En France, le nombre des députés est très important par rapport au nombre d’habitants, aujourd’hui, environ 110 000 alors qu’aux USA chaque député représente 600 000 personnes.

Quelle économie ?

Et quand on connaît le taux d’absentéisme on se pose encore plus de question.

Pour élire un candidat il faut avoir 18 ans le 31 décembre de l’année qui précède l’élection. Il en est de même pour être candidat et ce depuis 2011, car avant le candidat devait avoir 23 ans.

«Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années.»

Pierre Corneille fait dire cette phrase à Rodrigue quand ce dernier s’adresse au Cid.

170617 Election 1er tour 2017 législatives

C’était le 11 juin 2017, une représentation graphique.

Et ce soir, quelle surprise du chef ?

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s