« Orange, à quoi pensez – vous ? »

Au mois d’août quand on dit « orange », on est tenté de mettre un « O » majuscule.
On pense aux vacances, on pense au soleil, on pense à la chaleur, on se dit être non loin de la Provence au pays des cigales, de la pétanque et du Pastis et la liste s’allonge, s’allonge.

Dans un second temps, on pense au fournisseur de téléphonie, on a signé un contrat, on est plus ou moins connecté avec un environnement proche ou lointain.

On reçoit, on émet, on est en contact avec !

Et avec tous ces « Orange » qui commencent avec une majuscule, oui, on reste sur notre faim, et là on pense au fruit, à ce fruit d’hiver si juteux qui permet de se désaltérer quand on le presse.

On imagine avoir une orangeraie, de ces arbres en pots qui sortent l’été et qui rentrent l’hiver.
On remonte le temps et on se dit,

« C’était avant, c’était, à la belle époque ! ».

Cela reviendra…

Et on regarde, autour de soi, au travers des routes, des plates bandes des jardins publics, des arbres des parcs ou simili parcs publics de la ville, on voit de-ci, de-là, une fleur à la couleur orange, une baie dans un arbre, car en plus de tout, le orange est une couleur.

170814 Orange les baies 1

C’est une couleur dite « chaude » une couleur qui se trouve être le mélange de deux autres couleurs dites « primaires », le rouge et le jaune, ou plus exactement de jaune, dans lequel il a été ajouté un peu de rouge.

On regarde et tout à coup on aperçoit un arbre avec ses petites boules à la couleur, orange, puis un autre et une fleur orange.

170814 Fleurs orange

On découvre des fleurs rouge et d’autres jaunes, et là, surprise il n’y a pas de mélange, chacune est restée bien distincte.

170814 Fleurs jaune et rouge

C’était encore sur un chemin et c’était de l’orange.

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

 

La couleur « orange » vue  dans une œuvre de Mary Cassat

Résultat de recherche d'images pour "la lectrice pensive de Marie Cassat"

« La Lectrice Pensive »

Pastel sur papier (52.3 X 43.8), peint en 1894 par le peintre-graveur, Mary Cassatt, artiste de nationalité américaine, née le 22 mai 1844 en Pennsylvanie et décédée à  l’âge de 82 ans à Mesnil-Théribus dans l’Oise (France), le 14 juin 1926.

Mary Cassatt découvre l’Europe dès sa prime jeunesse, ses parents viennent consulter de grands spécialistes pour son frère Robbie qui décèdera d’un cancer en 1855. Elle apprend l’allemand, le français et découvre les musées, les galeries d’art.

Des études en Pennsylvanie , puis retour en France, visite Barbizon, rencontre avec  la peinture Impressionniste, Manet, Courbet.

Les années se succèdent, Mary Cassatt développe son art de la couleur, acquiert le sens de la lumière, révèle peu à peu sa véritable personnalité, pratique l’Eau-forte.

Degas est bouleversé en découvrant « Ida », tableau exposé au Salon de Paris. Il devient son ami, son amant, son maître, elle son modèle. Il est séduit par cette femme douée d’aisance, distinguée, indépendante., brillante. Il l’aide à développer ses talents.  Elle meurt après 11 ans de cécité. Elle laisse plus de 500 œuvres dans les musées.  Mary Cassatt  dira : « Je n’ai pas fait ce que j’ai voulu, mais j’ai essayé de mener un combat ».

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s