« Le marché de la Madeleine »

« Le marché aux légumes »

Victor Gabriel Gilbert – Peintre français (1847 – 1933)

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

« Cette aube avait une odeur si balsamique, que Florent se crut un instant, en pleine campagne, sur quelque colline. Mais Claude lui montra, de l’autre côté du banc, le marché aux aromates.»

Extrait du Ventre de Paris (1873)

Émile Zola – Écrivain et journaliste français (1840 – 1902)

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

La vie en dehors des vacances scolaires, reprend son cours doucement et quand on y réfléchit bien, les emplois du temps, l’année tourne autour de la jeunesse.

Monsieur le Président de la République, est impliqué et y va de son message vocal, mais aussi écrit. Il va même au-delà, puisqu’il se déplace, va serrer des mains, présenter ses vœux pour cette nouvelle année scolaire.

La rentrée est donc terminée pour la grande majorité des élèves, jeunes et moins jeunes. Comme pour tout, des exception, quelques établissements, souvent des internats, commencent en décalé.

La vie reprend donc son cours, comme l’eau du ruisseau.

Les magasins, les marchés ouvrent à nouveau leurs portes, présentent leurs étals, oh tout doucement pour certains.
Depuis début août Paris semble endormi, de nombreux habitants, ceux qui ne sont pas partis en vacances, attendent le retour du marché, comme ceux qui habitent non loin de la Madeleine à Paris, dans le quartier du 8ème arrondissement.

                170905 Photo info marché de la Madeleine               170905 Photo info marché de la Madeleine 1 

Les nouveaux habitants du quartier également, et surtout celui qui a regardé sur internet. Il attend le marché du mardi matin et des jours suivants.
Mais le surprise de ce mardi matin, c’est que le marché s’arrête à un étal, pas deux, un avec des fruits, des légumes, et dans des seaux, quelques bouquets de fleurs.
On appelle cela un « marché », et c’est le marché de la place de la Madeleine ou le marché d’Aguesseau !

Appeler cela un marché fait « bondir » et on se dit que ces courageux « vendeurs de fruits et légumes » méritent des honneurs et quel courage de leur part de se déplacer !

Lors d’une conversation avec le primeur, vous apprenez que le marché de la place de la Madeleine, a lieu et contrairement à ce qui est indiqué sur internet, deux fois par semaine, le mardi et le vendredi. Le vendredi il est plus important.
Plus important signifiant, qu’en plus du primeur, un étal occupé par un poissonnier et un troisième par un fromager.
Pour savoir vraiment de quoi il en retourne, quelle allure a se marché, il reste à s’y rendre un vendredi à venir.

Vaste sujet que ce marché parisien !

Enfin, tout cela porte un nom « fumisterie », un marché sans animation, un marché sans plusieurs étals, un marché sans pouvoir aller de-ci delà, que c’est triste !

Et le charme des marchés d’antan ! Où est-il donc ?

C’était un marché parisien, celui du 5 septembre 2017, à la Place de la Madeleine à Paris.

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

Le marché

Sur la petite place, au lever de l’aurore,
Le marché rit joyeux, bruyant, multicolore,
Pêle-mêle étalant sur ses tréteaux boiteux
Ses fromages, ses fruits, son miel, ses paniers d’œufs,
Et, sur la dalle où coule une eau toujours nouvelle,
Ses poissons d’argent clair, qu’une âpre odeur révèle.
Mylène, sa petite Alidé par la main,
Dans la foule se fraie avec peine un chemin,
S’attarde à chaque étal, va, vient, revient, s’arrête,
Aux appels trop pressants parfois tourne la tête,
Soupèse quelque fruit, marchande les primeurs
Ou s’éloigne au milieu d’insolentes clameurs.
L’enfant la suit, heureuse ; elle adore la foule,
Les cris, les grognements, le vent frais, l’eau qui coule,
L’auberge au seuil bruyant, les petits ânes gris,
Et le pavé jonché partout de verts débris.
Mylène a fait son choix de fruits et de légumes ;
Elle ajoute un canard vivant aux belles plumes !
Alidé bat des mains, quand, pour la contenter,
La mère donne enfin son panier à porter.
La charge fait plier son bras, mais déjà fière,
L’enfant part sans rien dire et se cambre en arrière,
Pendant que le canard, discordant prisonnier,
Crie et passe un bec jaune aux treilles du panier.

Extrait du recueil « Aux flans du vase » – Albert Samain (1858 – 1900)

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

170905 Marché aux epices

« Marché aux épices »

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s