« Manquer d’inspiration »

« Inspiration »

William Bouguereau – Peintre français (1825 – 1905)

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

« La solitude seule est la source des inspirations.»

Alfred de Vigny – Stello (1832) – Écrivain, romancier et poète français (1797 – 1863)

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

« Inspiration » pour connaître la définition de ce mot, le mieux reste à prendre un dictionnaire, l’ouvrir et regarder.

On ouvre donc le dictionnaire retenu et tout de suite on cherche la lettre «I ». Puis sur la 1ère page de cette lettre, pour rappel cette lettre est une voyelle, on avance dans le livre en feuilletant les pages suivantes. 

Puis on cherche « in », puis « ins », jusqu’à arriver au mot « inspiration ».

C’est ainsi pour ce mot, mais il en est de même pour tous les autres.
Ce matin donc, sans aucune inspiration, je me suis aidée du dictionnaire. 

Aidé du dictionnaire,  certes, mais je ne suis pas allée chercher le dictionnaire dans la bibliothèque,  j’ai une nouvelle fois, écrit sur la barre de recherche « Google » le mot recherché, soit « inspiration ». Puis j’ai ajouté un second mot sur la barre, dite barre de recherche, le mot « définition », et là, quelle surprise une nouvelle fois de constater que Google me présente en quelques secondes la possibilité de cliquer environ 761 000 fois, soit d’obtenir 761 000 résultats en 0,84 secondes. 

Une nouvelle fois, j’ai été impressionnée par la rapidité de la concentration des cerveaux qui ont permis cela, car c’est cela et rien d’autre.

Pour la personne sensuelle  amoureuse des livres, le charme de l’écran est très limité, au touché, la matière se limite à un verre lisse, à du métal ou du plastic froid, et tout cela n’apporte pas le charme de celui du livre.

Faire tourner un téléphone, une tablette, un téléphone portable, liseuse, dans les mains, entre les mains, ne procure pas la même sensation que celle du livre. 
Si on peut prendre prendre ces objets dans les mains, les ouvrir n’apportera pas la solution à notre recherche, on ouvre le boitier est nous allons découvrir des composants électroniques, si on cherche à le sentir, une odeur sans odeur, nous laissera sur notre fin.

Le livre quant à lui est tout autre, il apporte un plus quant à la matière, il peut être  de toutes tailles,  de toutes épaisseurs,  de toute époques, .. on peut l’ouvrir, le feuilleter,  on peut le toucher, tourner les pages avec même une certaine délectation,  avancer à la première page, aller à la dernière,  parcourir le livre avec ou sans retenue.

Et ce grain du papier ! 

Lisse, rugueux, une nouvelle fois, il en existe pour chaque goût.  Le dictionnaire avec un papier fin, dit papier « bible », mais aussi plus épais.
Et cette odeur qui s’en dégage ! 

Une odeur qui peut être liée à l’âge de l’ouvrage,  à la façon dont il a été conservé,  dans un lieu humide ou non, à la colle utilisée du papier…

Le livre, chaque livre a son odeur, une odeur particulière. 
Combien de fois,  avons – nous ouvert un livre neuf, ouvert généralement à la moitié car par instinct le livre veut se refermer sur lui même ?

Combien de fois, le livre posé avec délicatesse sur une table ou même sur des genoux avons – nous ouvert un livre ?

Combien de fois, avons – nous d’une main, tenu un côté du livre, pour ne pas qu’il se referme et de l’autre, avons fait glisser une main avide de sensations, de celle posée sur le papier afin de s’empresser,  de ressentir la matière  sous le peau des doigts ? 

Combien de fois encore, avons – nous saisi le livre et d’un geste presque brusque, l’avons – nous porté et apporté au visage et collé la pliure à hauteur du nez ?

J’ai lu les définitions du mot « Inspiration »  et il y en a pour chaque goût et pour connaître, il suffit de taper sur la barre de recherche.

 

Aucun texte alternatif disponible.

 

Et vous avez le résultat.

Inspiration avez-vous dit ?

« Le travail, vaut souvent l’inspiration.»

Antoine Albalat – L’art d’écrire enseigné en vingt leçons (1899) – Écrivain, romancier et critique français (1856 – 1935)

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

Il y a eu « atmosphère » et maintenant il y aura « inspiration » et cela vous enchante !

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

L’inspiration

Un oiseau solitaire aux bizarres couleurs
Est venu se poser sur une enfant ; mais elle,
Arrachant son plumage où le prisme étincelle,
De toute sa parure elle fait des douleurs ;

Et le duvet moelleux, plein d’intimes chaleurs,
Épars, flotte au doux vent d’une bouche cruelle.
Or l’oiseau, c’est mon cœur ; l’enfant coupable est celle,
Celle dont je ne puis dire le nom sans pleurs.

Ce jeu l’amuse, et moi j’en meurs, et j’ai la peine
De voir dans le ciel vide errer sous son haleine
La beauté de mon cœur pour le plaisir du sien !

Elle aime à balancer mes rêves sur sa tête
Par un souffle et je suis ce qu’on nomme un poète.
Que ce souffle leur manque et je ne suis plus rien.

René-François Sully Prudhomme – Écrivain – Prix Nobel de littérature (1839 – 1907)

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

« Inspiration » – film américain muet sorti en 1915 et réalisé par George Foster Platt – Réalisateur américain (1866 – 1928)

Premier film non pornographique à montrer une femme nue.

 

Audrey Munson dans le film « Inspiration »

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s