« Je me souviens »

« J’entends et j’oublie, Je voie et me souviens, Je fais et je comprends.»

Confucius – Philosophe chinois ( -551 – 479 avant J-C)

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

Il s’appelle Georges Perec, il est né en 1936, il est mort en 1982, c’est à dire il y a déjà 35 ans. C’est un auteur verbicruciste.

Une œuvre hors du commun, loin de nous le classicisme.
Un auteur qui joue avec les lettres, qui jongle avec les mots.

Un membre important de l’Oulipo « Ouvroir de Littérature Potentiel ».

Georges Perec est aussi l’inventeur de nouvelles formes de l’autobiographie.

En 1965, cet auteur hors norme reçoit le Prix Renaudot pour son ouvrage « Les Choses – Une histoire des années 60 » c’est son premier livre, celui qui le fera connaître, qui lui permettra de sortir de l’ombre.

D’autres ouvrages vont succéder,

  • L’Homme qui dort,
  • La Disparition, un livre qui ne contient pas la lettre «E»
  • Les Revenentes,

mais aussi,

  • W ou le souvenir d’enfance,
  • Alphabet,
  • Les mots croisés,
  • Tentative d’épuisement d’un lieu parisien et bien d’autres

et également le célèbre

  • Je me souviens

L’image contient peut-être : dessin

Puis en 1978, Georges Perec reçoit le Prix Médicis avec « La Vie mode d’emploi ».

Écriture originale, on pourrait dire aujourd’hui qu’il s’est « lâché ».
Son « On se souvient » en est aussi la preuve.

Pourquoi ne pas l’imiter ?
Pourquoi ne pas se rappeler quelques souvenirs à la manière de Georges Perec ?

  • Je me souviens de la rentrée des classes et comme beaucoup d’enfants j’étais excitée, et pourtant une angoisse inexprimable m’envahissait,
  • Je me souviens du marronnier majestueux au milieu de la cour de récréation,
  • Je me souviens des maitresses avec leur air sévère,
  • Je me souviens des modes de jeux dans la cours de récréation,
  • Je me souviens des déjeuners à la cantine et de la journée des frites,
  • Je me souviens de la maîtresse distribuant en début d’année une plume à chaque élève et un porte plume,
  • Je me souviens que j’aimais écrire avec les plumes larges,
  • Je me souviens de l’encre violette,
  • Je me souviens de la gomme rose et bleue, côté rose pour le crayon bois ou crayon papier, le côté bleu pour l’encre,
  • Je me souviens quand je gommais et finissais par trouer la page de mon cahier,
  • Je me souviens que j’habitais chez ma grand-mère et du goûter avec un morceau de pain et une barre de chocolat noir,
  • Je me souviens du jardinier venant me chercher à l’école,
  • Je me souviens que j’étais loin de ma maman pendant plus de trois années de primaire,
  • Je me souviens que j’étais une enfant sage,
  • Je me souviens que je ne disais rien,
  • Je me souviens…

Enfin,

  • Je me souviens qu’un baisers me manquait, celui de ma mère !
  • Je me souviens que je rêvais de bonheur !

 

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

« Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’implique, j’apprends.»

Benjamin Franklin – Artiste, écrivain, Physicien, Scientifique (1706 – 1790)

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

Armoiries de la province de Québec, gravées sur le fronton de l'Assemblée nationale à Québec

Armoiries de la province de Québec, gravées sur le fronton de l’Assemblée nationale à Québec

« Je me souviens »

La devise québécoise

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s