« Sous la choc »

Prendre connaissance avec retard d’une nouvelle « barbarie », laisse sous le choc.

Que dire, que faire, si ce n’est confier, prier, s’abandonner à la divine providence ?

Il arrive à un stade où on ne sait plus trop que penser.
Au coin d’une rue, au détour d’une maison, dans une église, dans une station de métro, de RER, d’une gare, l’impossible peut arriver.

La France, mais aussi l’Europe et même le monde sont une nouvelle fois endeuillés, démunis.
Que faire ?
Que dire ?
Que penser même ?

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air

Si, former notre jeunesse à l’amour de Dieu, de l’autre, à l’amour de son prochain.

« Ha, si tous les gars du monde pouvaient se donner la main et faire une ronde ! »
En attendant, confiant ces femmes et leurs bourreaux, les familles à Notre Dame de la garde.

Aucun texte alternatif disponible.

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

« La ronde autour du monde »

Paul Fort – Poète et dramaturge français – (1872 – 1960)

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

« Si tous les gars du monde voulaient  se donner la main »

Si toutes les filles du monde voulaient s’ donner la main

Tout autour de la mer, elles pourraient faire une ronde

Si tous les gars du monde voulaient bien êtr’ marins

Ils f’raient avec leurs barques un joli pont sur l’onde

Alors on pourrait faire une ronde autour du monde

Si tous les gars du monde voulaient s’ donner la main

Si tous les gars du monde

Décidaient d’être copains

Et partageaient un beau matin

Leurs espoirs et leurs chagrins

Si tous les gars du monde

Devenaient de bons copains

Et marchaient la main dans la main

Le bonheur serait pour demain

Ne parle pas de différence

Ne dites pas qu’il est trop blond

Ou qu’il est noir comme du charbon

Ni même qu’il n’est pas né en France

Aimez-les n’importe comment

Même si leur gueule doit vous surprendre

L’Amour c’est comme au régiment

Il n’faut pas chercher à comprendre

J’ai mes ennuis et vous les vôtres

Mais moi je compte sur les gars

Les copains qu’on ne connaît pas

Peuvent nous consoler des autres

Le Bonheur c’est une habitude

Avec deux cent millions d’amis

On ne craint pas la Solitude…

Paul FORT, Ballades françaises, élu en 1912 prince des poètes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s