« Le hasard des rencontres…»

« Le hasard des rencontres n’existe pas pour ceux qui marchent sur le même chemin.» Aymeric Jung & Carmen Fankhauser

Ce matin après une nuit de repos bien méritée, après une journée dense, 3 heures et même plus de car, après un déjeuner à la va vite dans un restau de la ville, après trois heures de conférences après plus de douze kilomètres à crapahuter dans les rues de Metz, après un dîner seule dans un restaurant italien, que trop fatiguée à attendre la décision du choix du lieu des uns et des autres, et à refaire le monde avec le patron, un restaurateur d’origine syrienne qui a fuit la guerre, après une journée passionnante, un enfant je me suis effondrée à 22H15, les pieds endoloris pour ne pas dire plus.
Mission impossible pour chercher à relire les notes prises. Juste bonne à s’allonger, à penser, à prier et encore de courte durée.

L’image contient peut-être : plante, arbre, fleur, ciel, plein air, nature et eau

Ce matin donc, en allumant le smartphone, après une douche bien agréable, je suis tombée ou plus exactement, mon esprit, mon regard se sont arrêtés à une image sur laquelle on lisait cette phrase de Yung et de Fankhauser.

« Le hasard des rencontres n’existe pas pour ceux qui marchent sur le même chemin.»

Cette phrase, cette citation me laisse dubitative car si cela est vrai d’un certain côté jusqu’où est-elle vraie ?
Qu’appelle t-on peut-être et avant tout  » même chemin  » ?
Et ne serait-ce pas le mot  » chemin « , le mot important.
Chemin, la route,
Chemin, le projet de vie,
Chemin, au niveau religieux,
Chemin. .. et on peut décliner, ajouter un qualificatif ou autre information à ce chemin.

L’image contient peut-être : ciel, plante, arbre, maison et plein air

Et puis  » Le hasard des rencontres n’existe pas  » ne peut on arrêter là la phrase ?
Avec quelques années de vie, avec quelques dizaines d’années de vie, en regardant en arrière, en s’élevant, en prenant de la hauteur face aux événements de la vie, face aux rencontres, quand on observe avec lucidité, avec objectivité on finit par constater que le hasard n’existe pas autant que cela, on constate qu’il était opportun de passer par telle ou telle endroit, qu’il était opportun de rencontrer telle ou telle personne, qu’il était opportun même de vivre telle ou telle situation et que tout assemblé finit par donner un résultat intéressant et vous conduit sur ce pourquoi vous êtes créé.

L’heure du petit déjeuner arrivant, il ne m’est plus possible de m’attarder,mais je laisse chacun à ce sujet de réflexion si le cœur vous en dit.

En attendant, nous sommes les unes les autres, les uns les autres sur le même chemin à se lire,à s’écrire.
La suite au prochain épisode .

L’image contient peut-être : ciel, nuage et plein air

Quelques photos de Metz, en attendant de se retrouver une bien belle ville !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s