« Le rêve » et « Jean Rochefort »

« Le Rêve »

Pablo Picasso – Peintre, dessinateur, sculpteur espagnol (1881 – 1973)

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

« Fais de ta vie un rêve, et de ton rêve, une réalité.»

Antoine de Saint Exupéry – Ecrivain et aviateur français (1900 – 1944)

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan et plein air

« Jean Rochefort »

Encore un grand homme qui disparait, après Claude Rich, c’est au tour de Jean Rochefort. Ils sont désormais partis l’un et l’autre sur l’autre rive.

L’image contient peut-être : 2 personnes

« Claude Rich et Jean Rochefort »

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

Toute une génération qui s’en va, toute une génération qui a fait rêver un grand nombre. Ils avaient chacun un talent inimitable, une telle grandeur.

S’il y a une phrase, de Jean Rochefort à garder en mémoire c’est bien celle-ci,

« Je constate qu’il y a une absence de rêve… Il faut réapprendre à rêver ».

Aujourd’hui et plus qu’hier on constate que le rêve disparaît.

Pourquoi donc ?

Là est une question et même une bonne question !

Enfants gâtés, parents gâtés, générations gâtées,
Enfants rois, parents rois,
Trop de tout,
Tout, tout de suite !
Des images qui polluent, des images qui remplissent l’esprit et qui tout compte fait empêchent la réflexion, l’imagination, le rêve,
Qui empêchent de développer l’imaginaire.

On peut se poser la question et réfléchir longuement sur ce pourquoi !

Aujourd’hui les enfants et les adultes, plus personne ne s’ennuie.

Tout le temps sollicités par des jeux sur des tablettes, sur des écrans, aujourd’hui, les jeunes et les moins jeunes sont happés par des informations utiles  ou non, et souvent non, qui encombrent l’esprit. Ces informations engendrent une fatigue, un épuisement, un manque de temps et tout cela fini par empêcher de rêver, par empêcher le rêve !

Ah le rêve !

Enfant, quand j’étais petite, il y quelque cinquante déjà de cela, un demi siècle, on rêvait, on avait du temps pour tout et parfois même on trouvait le temps long. On se racontait des histoires, ou peut-être me racontais-je des histoires, je me souviens encore, je parlais aux arbres, aux feuilles, aux fleurs, aux animaux, la nature était mon amie, mon réconfort, et je rêvais et passais mon temps à rêver.

Parfois, j’entendais un mot d’adulte, des phrases d’adultes, et qui disaient,

« Marie, elle rêve ! »

« Marie, elle n’a pas les pieds sur terre, elle ne fait que rêver, elle rêve tout le temps, en classe, partout ! »

« Elle rêve ! »

Et dans la foulée, on pouvait entendre,

« Elle a de l’imagination !»

Et je finissais par me dire que si de rêver n’était pas bien, d’avoir de l’imagination semblait positif pour l’adulte, la seule chose, pourquoi faire cette imagination ?

Et j’ai cherché ceux qui ont parlé du rêve, ceux qui ont représenté le rêve, j’ai lu et j’ai découvert et vous fais partager.

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

« Ballade en rêve »

Recueil : Amour (1888).

Au docteur Louis Jullien.

J’ai rêvé d’elle, et nous nous pardonnions
Non pas nos torts, il n’en est en amour,
Mais l’absolu de nos opinions
Et que la vie ait pour nous pris ce tour.
Simple elle était comme au temps de ma cour,
En robe grise et verte et voilà tout,
(J’aimai toujours les femmes dans ce goût),
Et son langage était sincère et coi.
Mais quel émoi de me dire au débout :
J’ai rêvé d’elle et pas elle de moi.

Elle ni moi nous ne nous résignions
À plus souffrir pas plus tard que ce jour.
Ô nous revoir encore compagnons,
Chacun étant descendu de sa tour
Pour un baiser bien payé de retour !
Le beau projet ! Et nous étions debout,
Main dans la main, avec du sang qui bout
Et chante un fier ‘donec gratus’. Mais quoi ?
C’était un songe, ô tristesse et dégoût !
J’ai rêvé d’elle et pas elle de moi.

Et nous suivions tes luisants fanions,
Soie et satin, ô Bonheur vainqueur, pour
Jusqu’à la mort, que d’ailleurs nous niions.
J’allais par les chemins, en troubadour,
Chantant, ballant, sans craindre ce pandour
Qui vous saute à la gorge et vous découd.
Elle évoquait la chère nuit d’Août
Où son aveu bas et lent me fit roi.
Moi, j’adorais ce retour qui m’absout.
J’ai rêvé d’elle et pas elle de moi !

Envoi.

Princesse elle est, sans doute, à l’autre bout
Du monde où règne et persiste ma foi.
Amen, alors, puisqu’à mes dam et coût,
J’ai rêvé d’elle et pas elle de moi.

Paul Verlaine – Poète français (1844 – 1896)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s