« J – quelque chose ou J + »

« La crèche de Saint Louis d’Antin à Paris »

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

Depuis quelques jours déjà, vous pouvez lire, voir, entendre, « J – », J – quelque chose !

Aujourd’hui nous sommes le J – 14 et nous sommes à J – 11 de la commémoration de la fête de la nativité de notre Seigneur, nous sommes à J – 17 de la fête du Réveillon, J -18, du 1er jour de l’an à venir, soit 2018, et on pourrait en dire autant pour tel ou tel événement.

J – quelque chose pour remplir les souliers !
J – pour les commerçants, pour qu’ils fassent leur chiffre d’affaire ?

Dans un monde où on nous parle d’inégalités tout le temps, on peut se poser des questions.

Personnellement, je ne suis pas en avance et si j’ai une babiole pour un, je n’ai encore rien pour les autres.
Offrir un présent est – ce le plus important ?
N’est ce pas de se retrouver autour de la crèche, autour d’un repas ?
Téléphoner à ceux qu’on aime, envoyer ou même remettre dans une enveloppe une lettre ?

J – … c’est aussi le temps qu’il reste pour réviser des examens. De nombreux étudiants sont d’ailleurs en période de révisions cette semaine, car vont commencer les partiels.

J – … c ‘est toujours ce qu’on veut y mettre derrière, le « Jour J » de quoi ?
Et c’est le nom d’un film.

J moins quoi ?
J moins un objectif fixé ?
J moins la date d’un défi ?
Et d’ailleurs je suis à J – 17 le 2nd défi d’écriture sur FB, quoiqu’en regardant ce nouveau défi, il est dépassé et ce n’est pas J – 17 mais J + 14, et là, je réalise que personne ne l’ a remarqué !

1 an, 365 jours + 14 J !
Et si on rajoute le 1er défi de novembre 2016, on arrive à 13 mois à la douzaine !

Là, est encore, est une autre histoire et ce sera pour un autre jour !

J + 14, et sans aucune réaction. Aucun pour rappeler que !
Pour dire stop !

Et que fait – on maintenant ?
On arrête tout ?
On ferme le FB et on passe à autre chose ?

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

Nativité

Qui souffle le mieux sur la crèche ?
Est-ce le bœuf ? Est-ce l’ânon ?
Le père a peur qu’un d’eux ne lèche
Le sourire de l’enfançon.

Passe une étoile par le toit
Et la paille en est éblouie.
La mère a soufflé la bougie
Que cachait l’ombre de ses doigts.

Pas besoin d’une autre lumière
Que celle, longue du rayon
Qui, pénétrant dans la chaumière,
Nimbe aussi le bœuf et l’ânon.

Pierre Menanteau – Poète français (1895 – 1992)

 

♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥   ♥

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s